DÉBAT-CONFÉRENCE :

Affiche Ecole et Handicaps

 

Le « handicap » désigne la limitation des possibilités d’interaction (permanente ou non) d’un individu avec son environnement.

Pour l’enfant, l’école est l’un des tous premiers environnements auquel il se trouve confronté seul.

Médical, moteur, psychologique, apprentissage … Longtemps, le handicap a été estampillé comme une simple incapacité. Aujourd’hui, il a été (re)défini comme une inégalité de moyens, intégrant l’idée que des interventions ciblées pouvaient aider à lever certains obstacles pour un meilleur épanouissement scolaire.

 

Dans le cadre de « l’Ecole des Parents » la FCPE de Bois-Colombes vous invite à participer à une conférence-débat sur :

L’ECOLE ET LES HANDICAPS

Lundi 11 Avril 2016 à 19h00

Collège Jean-Mermoz
77 rue Charles-Chefson

D

 

Mme VALMORIN (Conseillière pédagogique ASH), M. BOUHOURS (Inspecteur de l’Education Nationale), M. BOZEC (Directeur d’école élémentaire), nous feront part de leurs connaissances et expériences pour alimenter un débat ouvert.

Les rencontres organisées par la FCPE de Bois-Colombes n’ont pour seule ambition que de maintenir l’indispensable lien entre l’Ecole et la Famille et de communiquer aux parents des informations et/ou des témoignages pour que chacun se forge ensuite sa propre opinion.

Si vous souhaitez poser dès maintenant vos premières questions, n’hésitez pas : conctact@fcpeboiscolombes.fr

VENEZ NOMBREUX !

Publié dans Actualités locales | Tagué , | Laisser un commentaire

SCOLEO, c’est reparti!

 

opération fournitures scolaires scoleo

 

Malgré l’effet nouveauté et une mise en place très tardive, l’opération « Fournitures scolaires » organisée l’année dernière par la FCPE de Bois-Colombes, a connu un beau succès et de surtout de très bons échos de la part des familles l’ayant utilisé.

scoleo accesVoici les chiffres réalisés par les établissements ayant mené l’opération pour la rentrée 2015-2016 (1) :

  • Collège Albert-Camus : 61 colis
  • Collège Jean-Mermoz : 24 colis
  • Ecole Gramme : 9 colis
  • Ecole Jules-Ferry : 13 colis
  • Ecole La Cigogne : 21 colis
  • Ecole Paul-Bert A : 19 colis
  • Ecole Paul-Bert B : 13 colis
  • Ecole Saint-Exupéry : 12 colis

Fort de cette 1ère expérience, la FCPE de Bois-Colombes va reconduire l’opération « Fournitures scolaires » pour la rentrée 2016-2017, toujours en en partenariat avec scoléo

 

RAPPEL DES AVANTAGES DE L’OPÉRATION

POUR LES FAMILLES

Pour toutes les familles pour qui les courses de rentrée sont toujours une galère (courir les magasins, retour de vacances, …), cette opération avec Scoléo livre à domicile, en colis individuel et avant la rentrée, la liste des fournitures scolaires conforme à la demande de l’enseignant et au tarif grandes surfaces.

  • Recevoir à domicile les fournitures scolaires demandées pour les enfants et partir tranquille en vacances,
  • Listes conformes à celles demandées par les enseignants,
  • Possibilité de supprimer de la liste les articles que vous ne souhaitez pas racheter,
  • Tarifs de grandes surfaces (contrôlés par huissier),
  • Commande rapide par internet par chèque ou CB,
  • Fournitures de qualité papetière,
  • Pas de produit de « licence » ou publicitaire,
  • Livraison à la date et au lieu de votre choix (domicile, bureau, lieu de vacances,…).
  • Livraison gratuite à partir de 3 commandes regroupées,

POUR L’ECOLE

  • Dès la rentrée, les fournitures seront bien présentes dans les cartables des enfants et conformes à l’attente de l’enseignant,
  • Homogénéité des articles pour tous les enfants (pas de source de conflits),
  • Pour chaque commande passée : 1 €uro sera reversé à la caisse de l’école.

 

DÉMARRAGE DE L’OPÉRATION

Dès la diffusion des listes de fournitures par les établissements scolaires (vers la fin du 3ème trimestre) , rendez-vous sur l’établissement de votre enfant sur www.scoleo.fr ; puis cliquez sur « Je suis une famille » puis sur « Opération Fournitures scolaires ».

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à revenir vers nous si vous êtes intéressé par cette opération : fcpe_clgacamus_bc@yahoo.fr  

 

L’équipe FCPE – Bois-Colombes.

 

(1) Cette opération reste au libre choix des familles.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bonne année 2016

Toute l’équipe FCPE du collège Camus vous souhaite,
ainsi qu’à tous vos proches,
une très bonne année 2016.

bonne année 2016

 

Après cette période difficile, que tous nos enfants trouvent dans ces instants festifs et familiaux, l’opportunité de retrouver le sourire et la joie de vivre dans le monde insouciant qui devrait toujours et partout être le leurcelui de l’enfance.

Que cette année nouvelle leur apporte plaisir et épanouissement !

 

 Bonne année et longue vie à notre association qui a besoin de l’aide et du support de ses membres et sympathisants pour continuer à œuvrer dans l’intérêt des élèves et pour l’information des parents !

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La COP21 expliqué dans le P’tit Libé

Qu’est-ce que le changement climatique et quels sont ses effets ? Qu’est-ce que la COP 21 et, surtout, pourquoi les discussions entre Etats sont-elles si longues ?

cop21

Pour son deuxième numéro, le P’tit Libé sort ses schémas, ses cartes et ses dessins à cliquer, pour expliquer aux enfants de 7 à 12 ans de façon simple et ludique ce qu’est l’effet de serre, comment l’augmentation des températures impacte la nature, et pourquoi les gouvernements bloquent sur les solutions à apporter.

Il s’intéresse aussi à ceux qui, à leur échelle, ont déjà mis en place des initiatives audacieuses pour sauvegarder la planète dont les petits citoyens vont hériter : http://www.liberation.fr/apps/ptit-libe/#/2/

Publié dans Actualités générales | Laisser un commentaire

Conseils de classes

Les conseils de classe se réuniront, pour le premier trimestre, entre le 30 fcpe bois-colombesnovembre et le 11 décembre (http://www.clg-camus-bois-colombes.ac-versailles.fr/spip.php?page=agenda&date_debut=2015-12-01) . En tant que parents délégués, nous vous représenterons à cette réunion.

Si vous désirez que nous évoquions certains problèmes généraux ou bien des questions qui concernent plus particulièrement votre enfant, ou si vous souhaitez simplement vous informer, n’hésitez pas à nous contacter.Vous trouverez les coordonnées du parent délégué FCPE de votre classe en cliquant sur ce lien: https://collegecamusfcpe.wordpress.com/contacts/

Le compte-rendu du conseil de classe sera publié dans l’ENC ou vous sera remis en main propre avec le bulletin.

La remise des bulletins se fera sur rendez-vous :

  • mardi 15/12 pour les 6ème 4ème
  • jeudi 17/12 pour les 5ème 3ème

 

Publié dans Actualités locales | Tagué | Laisser un commentaire

Lettre de la ministre de l’éducation nationale aux parents d’élèves

La ministre de l’éducation nationale s’adresse aux parents d’élèves au travers d’une lettre attentat Parisque voici :

Madame, Monsieur,

Les attentats terroristes qui ont frappé Paris et la Seine-Saint-Denis ce vendredi 13 novembre ont atteint une nouvelle fois le cœur de notre République et nous ont tous bouleversés. Le Président de la République a déclaré l’état d’urgence et trois jours de deuil national. Toutes mes pensées vont vers les victimes de ces actes abominables et leurs proches.

En tant que parents, soyez assurés que l’ensemble des équipes pédagogiques et éducatives seront à vos côtés dans ce moment douloureux, prêtes à vous aider et à vous informer. Des cellules psychologiques sont ainsi déployées dans les écoles, collèges, lycées et établissements d’enseignement supérieur, en Ile-de-France, où les élèves, leurs familles et les personnels de l’éducation nationale ont été particulièrement affectés, mais aussi ailleurs, à la demande des directeurs d’école et chefs d’établissement.

Les enseignants sont eux-mêmes sensibilisés et accompagnés sur ces sujets.

N’hésitez donc pas dès lundi matin à prendre le temps d’échanger avec eux, pour leur dire, par exemple, si vous en avez parlé avec vos enfants, comment ils se sentent, et à faire part de toute information que vous jugerez utile. Ce temps d’échange est essentiel pour permettre aux enseignants d’aborder au mieux le sujet avec vos enfants, et ainsi pouvoir instaurer un dialogue bénéfique.

Les principales mesures décidées sont les suivantes :

Les écoles et les établissements scolaires seront ouverts lundi en Ile-de-France et sur tout le territoire.

Une minute de silence sera organisée ce lundi 16 novembre.

Ce temps de recueillement sera précédé d’un échange entre les élèves et les enseignants.

Ce dialogue permettra de soutenir vos enfants et vos adolescents. Il sera l’occasion pour eux de s’exprimer, d’être écoutés par leurs enseignants, et d’échanger avec eux sur ces événements particulièrement violents et horribles.

Le temps de recueillement comme le temps d’échange tiendront naturellement compte de l’âge des élèves, et seront adaptés en conséquence.

Les voyages scolaires

Les voyages scolaires sont suspendus jusqu’au 22 novembre sur tout le territoire national et à l’étranger.

Si votre enfant est actuellement en voyage scolaire, aucun retour anticipé n’est prévu. Les professionnels de l’éducation qui encadrent les classes sont en contact avec les ambassades de France.

Les classes rentreront donc à la date initialement prévue.

Sorties scolaires

Les sorties scolaires occasionnelles (spectacles, musées, sortie « nature »…) sont suspendues jusqu’au 22 novembre.

Les sorties scolaires régulières (se rendre à la cantine ou à la restauration si elle est située en dehors de l’école ou de l’EPLE, gymnase, piscine) sont maintenues sauf si celles-ci nécessitent la prise de transports en commun.

L’École de la République transmet aux élèves une culture commune de la tolérance mutuelle et du respect. Chaque élève y apprend à refuser l’intolérance, la haine et la violence sous toutes leurs formes.

L’ensemble des professionnels de l’éducation nationale sont mobilisés à vos côtés, n’hésitez pas à les solliciter et à vous adresser à eux.

Madame, Monsieur, dans ce moment grave où l’union de l’ensemble de la communauté éducative est essentielle, soyez assurés de mon soutien.

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Publié dans Actualités générales | Tagué | Laisser un commentaire

Les attentats expliqués aux enfants

Que s’est-il passé vendredi soir ? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué Paris ? Qu’est-ce que cela change dans notre quotidien ? Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Parce qu’il est difficile d’expliquer les attentats aux enfants et de trouver les mots pour répondre à leurs questions, de nombreux journaux pour les enfants, ont publié des numéros spéciaux consultables gratuitement en ligne.

PNG - 68.7 ko
Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Comment expliquer l’inexplicable aux enfants?

Des ressources pour parler avec les enfants

Enseignants, chefs d’établissement, animateurs, parents, tous sont confrontés à la fcpe bois-colombesdifficulté de parler avec les enfants des terribles attentats qui se sont produits dans la soirée du 13 novembre à Paris. Nous vous proposons ici des liens vers des ressources pour y réfléchir avant ou avec eux, dont plusieurs datent de janvier dernier. (dossier complet:  http://www.cahiers-pedagogiques.com/Des-ressources-pour-parler-avec-les-enfants )

  • Comment parler des attentats avec les enfants ?

Le Parisien (extraits) »Les attentats de Paris et de Saint-Denis sont dans toutes les conversations, tous les textos. Lundi, les enfants en parleront nécessairement entre copains dans la cour de leur établissement scolaire. Il est dès lors essentiel d’en discuter à la maison, dès ce week-end. S’il y a une leçon qui a été donnée par les attentats des 7 et 9 janvier, c’est qu’il ne faut absolument pas cacher ces événements aux enfants.

Parler. C’est un conseil unanime. Même si les enfants sont petits, cela ne souffre aucune discussion. La psychanalyste Claude Halmos (*) est formelle : « Les enfants sentent l’angoisse des adultes ; ils surprennent les conversations des grandes personnes. Et, dès lundi, à l’école, ils verront peut-être des images, déformées par les conversations des autres enfants. Il faut, pour affronter tout cela, qu’ils aient en eux une information raisonnable. » Oubliez l’idée d’une recette posée et distancée : « Il n’y a pas de façon idéale de le faire », insiste la psychanalyste. « Nous-mêmes, adultes, psy ou pas, sommes tous extrêmement bouleversés. Mais ce qui est certain, c’est qu’à partir du moment où l’adulte parle à l’enfant, il sait qu’en retour il pourra poser des questions. »

Donner « un cadre raisonnable ». Il faut éviter que de retour de l’école lundi soir, ils aient déjà eu le temps d’imaginer des scénarios plus spectaculaires, donc plus effrayants, que la réalité. Il faut dire la vérité qui est terrible, sans paniquer, parler le plus sobrement possible. On peut donc dire que des hommes exceptionnellement méchants ont tiré sur des gens, qu’ils ont tué beaucoup de personnes dans des restaurants, une salle de concert.

Pas de détails sur la violence des assauts, l’aveuglement des tireurs, ni les mouvements de panique ou les attaques suicide inédites dans Paris.  De même avant 8 ans, inutile de parler de Daech, des exactions des jihadistes en Irak et en Syrie, de religions ou de la diplomatie de la France. Une leçon de géopolitique n’ajoutera qu’à la confusion d’enfants trop jeunes pour comprendre. En revanche, il est essentiel, pour éviter une anxiété supplémentaire, de dire que les assaillants sont morts. Et que des blessés vont s’en remettre.

A ceux qui demandent pourquoi des terroristes s’en prennent à la France, on peut leur répondre très simplement pour faire peur et imposer leurs idées. Que ces jeunes gens, qui n’ont que quelques années de plus qu’eux, « étaient des crédules manipulés, la proie de toutes les croyances possibles, y compris qu’ils gagneraient le paradis en faisant cela », poursuit Halmos.

Que faire des images ? Clairement, s’agissant d’enfants de moins de 6 ans, la psychanalyste recommande de les proscrire absolument. « Elles sont beaucoup trop violentes. » Pour les plus grands qu’il est peut-être difficile de tenir éloignés des téléviseurs, « soyez à leurs côtés » s’ils les voient.

Quant aux adolescents, difficile d’imaginer qu’ils y échappent, quand ils étaient les premiers, vendredi soir, hypnotisés par le flot d’infos et d’images qui se déversait entre télés et réseaux sociaux, à l’affût — pour les Parisiens — des nouvelles de leurs copains. Face à ce raz de marée d’images et d’émotions, les adolescents ont aussi besoin qu’on leur parle pour qu’ils comprennent qu’on est avec eux. « Avec eux, ce doit être comme entre adultes, c’est-à-dire sans cacher notre propre peur. »

Autoriser ses enfants à poser des questions. Il ne faut surtout pas conclure la conversation d’un « c’est très triste, n’en parlons plus ». Les enfants ont l’absolue nécessité de s’interroger pour libérer les tensions qui les agitent. Les méchants peuvent-ils revenir ? Ils sont morts. Les méchants s’en prennent-ils aux enfants ? Papa et Maman s’organisent pour que vous ne soyez jamais seuls, et toujours avec des gens en qui nous avons confiance. « S’il pose des questions sur le sang, les morts, précise Claude Halmos, on lui dit que c’est suffisamment grave, qu’on n’a pas envie d’aborder ces aspects là ».

Les adolescents, plus soucieux de discuter et d’échanger qu’on ne croit, sont en mesure de comprendre les notions de domination terroriste et de déviation religieuse. A ce titre, la tuerie de Charlie Hebdo était sans doute plus simple à expliquer, de même que la marche du 11 Janvier, car il était plus question d’indignation. Depuis le 13 novembre, il est plus question de peur, et il est impossible de faire abstraction de ce sentiment, aussi incontrôlable pour les adultes que pour les enfants. « On ne peut en effet pas dire aujourd’hui à un adolescent : Ne t’inquiète pas, cela ne recommencera pas. L’horreur, que d’autres vivent déjà dans d’autres pays, que d’autres ont vécue ici avant nous dans le passé, est totale pour nous aussi. Mais on peut leur dire que l’on va devoir inventer ensemble notre façon de faire face. »

Mettre des noms. En janvier, bien des parents avaient été surpris que le nom des frères Kouachi circule à la vitesse de l’éclair dans la cour de l’école. Nommer les agresseurs permet aux enfants de penser à des individus, quelques uns peut-être, mais pas tous les gens que l’on croise. Ils obtiendront des noms par le bouche à oreille, des noms qui ne sont pas tabous.

Ne pas hésiter à employer le mot de « guerre ». « On explique que des gens qui veulent faire la guerre dans un pays qui ne l’est pas sont venus faire la guerre en France ». « Il ne faut pas être dans l’évitement sémantique », poursuit la psychothérapeute Hélène Romano, spécialistes de la gestion des traumatismes, sur BFM TV. Selon elle, l’expression « acte de guerre » permet de comprendre pourquoi il y a tant de militaires en arme dans la rue.

En revanche, mieux vaut éviter le mot « fou » pour que les plus petits ne fassent pas d’amalgame avec le monsieur un peu borderline qui chante été comme hiver à son balcon. Inutile de les pousser à se méfier de tous. »

Article complet: http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/enfants/attentats-de-paris-comment-en-parler-aux-enfants-14-11-2015-5276891

Analyses:

Vidéo de Serge Tisseron : « Faut il parler des attentats aux enfants ? »

PNG - 247.5 ko

Une interview de la pédopsychiatre Catherine Jousselme Okapi

Claude Halmos dans Psychologies : « Attentats à Paris : que dire aux enfants »

Une interview d’Agnès Florin dans le Café Pédagogique : « Que faire Lundi Matin ? »

Edwige Chirouter : « Rassurer, consoler puis réfléchir : comment parler des attentats aux enfants ? »

Hélène Romano : « Attentats à Paris : il faut parler de « guerre » aux enfants. Cacher la vérité est une erreur » (sur le site de L’Obs)

Dans la presse:

« Comment parler des attentats de Paris aux élèves ? Des profs témoignent » (Rue89 et L’Obs)

« Attentats à Paris : comment en parler aux enfants ? » (Le Monde)

« Comment éviter que les enfants aient peur du terrorisme ? » (L’Express)

« Attentats : comment en parler à vos enfants » (La Voix du Nord)

« Comment parler des attentats à ses enfants ? » (Slate.fr)

« Attentats de Paris : comment réagir face aux questions des enfants ? » (La Croix)

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

L’actualité expliqué aux jeunes citoyens.

de 9 ans à 13 ans:

  • Libération lance le P’tit Libé, pour expliquer l’actualité aux enfants. A travers des p'tit libédossiers pédagogiques et ludiques, la rédaction décrypte les grands sujets de société pour les petits citoyens. http://www.liberation.fr/apps/ptit-libe/#/1/

de 10 ans à 14 ans:  Mon Quotidien (auquel mon quotidiencollaborait Charb, une des victimes de l’attentat de Charlie Hebdo) http://www.monquotidien.fr/

de 14 ans à 17 ans Le journal L’Actu expliquent l’actualité à leurs jeunes l'actulecteurs  http://www.l-actu.fr/

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le P’tit Libé est né!

Libération lance le P’tit Libé, pour expliquer l’actualité aux enfants. A travers des dossiersfcpe bois-colombes pédagogiques et ludiques, la rédaction décrypte les grands sujets de société pour les jeunes citoyens.

Pour ce premier numéro, le P’tit Libé a décidé de raconter ce qu’on appelle la «crise des migrants». Parce qu’on voit beaucoup d’images de gens qui fuient leur pays sur des bateaux, qu’on entend parler de «réfugiés» et de pays qui se disputent sur la façon de les accueillir, et que tout ça n’est pas forcément facile à comprendre.

Pour découvrir le témoignage d’une petite Syrienne et toutes nos explications, il suffit de cliquer ou d’appuyer sur les images. Et à la fin, n’oubliez pas le quiz. Bonne lecture :

p'tit libéhttp://www.liberation.fr/apps/ptit-libe/#/1/

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire